World forum 2014 : partie 1 : l’économie circulaire

Cette année, je vais pouvoir reprendre comme je l’avais fait il y a deux ans mon debrief du world forum.

Cette année, la première conférence que je vais développer sera celle sur l’économie circulaire. Afin de rendre les articles digestes, un second article plus généraliste sur ce qu’est l’économie circulaire, et surtout ses enjeux réels en terme d’emplois, de compétences, d’environnement et de retombées économiques sera réalisé. Continue reading

Retour d’expérience TBC2

Dans le cadre du Label Humanité, nous devons réaliser en deuxième année, un projet mettant en œuvre les compétences acquises lors des formations du Label Humanité.

Le 6 février 2014, avec Yvan Richier, El Mamoun El Bekri El Alaoui et Léopold Gault, j’ai animé à l’ISEN la Big Conf.

Un peu d’histoire

TBC, « The Big Conf » est né en 2013, propulsée par l’association Avenir Climatique. Le concept initial est de sensibiliser la population étudiante via un modèle pyramidal : des formateurs TBC sensibilisent et apprennent à faire une conférence à une centaine d’étudiants, qui dans l’idéal iront sensibiliser une autre centaine d’étudiants qui pourront –s’ils le désirent- devenir conférencier l’année suivante.

Le premier volet de TBC se focalisait sur le climat, le second, qui nous intéresse, sur l’énergie.

Une conférence, des publics

Le grand défi que nous propose TBC, c’est qu’au niveau national, tous les conférenciers auront les mêmes supports et le même discours de base, mais des publics bien différents. Continue reading

Auto apprentissage

S’il y a un concept qui me plait beaucoup avec l’ère numérique, c’est l’auto apprentissage.
Pourquoi l’air numérique en particulier? Eh bien parce que cela multiplie à  l’infini les documents intéressants qui vous dirigent vers cet auto apprentissage. Mais en plus, grâce aux blogs (j’ai une préférence toute personnelle pour mageekbox et http://www.geek-directeur-technique.com/ ) on peut profiter d’expériences de personnes qu’on ne connait ni d’Eve ni d’Adam et ça me plait.

Je ne reviendrait pas sur l’éternel cauchemar des professeurs qu’est wikipédia (quoique certains des miens soient des contributeurs apparemment très appréciés). Ce débat est, je trouve, stérile, tout a été dit à  ce propos.

Par contre, pour quelqu’un, comme moi, qui se dirige vers une carrière de développeur, a un rêve aéronautique, et une expérience en développement web, l’auto formation, ça signifie surtout engranger un savoir, voire un savoir faire technique ou humain.
Et quand vient la technique, en premier lieu viennent les langages et les framework.

Soyons clair, je ne donne aucune valeur au nombre de langage que je sais utiliser, que je “maîtrise” (il paraît qu’il ne faut pas avoir peur de ce mot, mais moi, je ne l’envisage qu’encadré de guillemets) ou dans lesquels je n’ai que des notions.
Par contre, j’aime beaucoup obtenir des expériences avec les différentes technologies que je teste.
J’ai pu utiliser code igniter (même si ce ne fut que pour migrer une application de CI vers Symfony), j’ai eu des projets intéressants mais qui ne se sont pas concrétisés (trop long à développer, manque de motivation du groupe au départ) sur Symfony et c’est ça qui me plait le plus. Et qui pose aussi le plus de problèmes.

Il y a peu, j’affirmais haut et fort “J’aime le PHP et je le vis bien”. C’est toujours vrai. Mais j’avais aussi toujours eu envie de tester le C# et, en ce qui concerne le web, l’ASP.NET qui me paraissait un monde merveilleux.

Mais, si apprendre comment faire un getter en C#, comment ajouter un contrôleur ASP MVC, comment personnaliser une route est très simple, je n’avais simplement pas eu l’occasion ni l’intérêt de le faire. Et ça c’est un sacré frein.

Mais, heureusement, j’ai eu envie de m’engager dans une association étudiante, en l’occurrence, le Club Informatique ISEN. Et puisque mon point faible c’était la timidité quand il s’agit de demander des ressources, des autorisations… aux autres, j’ai choisi de devenir leur responsable évènementiel histoire de vraiment me remettre en question en étant au pied du mur.
Le président du club me disait “bah, c’est pas compliqué, tu fais la paperasse pour 3 ou 4 LAN, une vente de Noël et puis c’est tout”. Si c’était sensé être simple au départ, en fait les membres du bureaux, le président en tête, ont décidé de revoir les ambitions du club à  la hausse et m’incombe l’organisation d’un concours de programmation.

Là  ça fait peur, car il faut non seulement prévoir un règlement, des sponsors, des lots, un suivi des candidats, un moyen de les classer… Mais surtout, il faut une idée de concours.

Encore une fois, c’est une “idée” qui manque à  l’appel. Heureusement j’en ai eu une et elle est l’occasion pour moi de me mettre à  cet auto apprentissage que je désirais tant à  propos de C# et d’ASP.
Et je m’amuse pas mal en fait ! Bon, OK, je n’utilise pas toute les technos .NET, notamment à cause de limitations de ressources. En effet, tant que je n’aurais pas mes sponsors, la seule solution que j’aurai sera ma solution de repli qui est un serveur kimsufi OVH basé sur Debian et que je loue avec des amis. Donc si j’ai une certaine souplesse dans la configuration de MONO (car sur Debian, pas d’IIS), je suis par contre, pour des raisons qui sont propres à  notre groupe d’amis l’obligation d’utiliser MySQL. Ensuite, mon système étant très simple, je n’avais pas envie de passer par des outils plus complexes tels que Entity Framework (même si j’avoue que j’aime beaucoup ce que j’ai pu en voir dans les différents livres et tutoriels) ou LINQ to SQL. Je sais que c’est dommage, mais c’est un choix que j’assume.
En attendant, je démarche auprès de Microsoft France et peut être d’OVH pour obtenir, peut être, des ressources du type IIS pour, peut être, si j’en ai le temps, finir par migrer vers des solutions plus “orientées Microsoft” puisqu’après tout, j’ai fait cela pour utiliser des technos microsoft et commencer à  m’y familiariser.

Oh et puis côté affect, C# et ASP.NET montent largement dans mon estime, JAVA, que j’apprends en tant que cours de mon cursus scolaire (ISEN) avec un enseignant passionné (et c’est peu de le dire) lui me rebute un peu quand même, même si les quelques essais que j’ai fait en développement Androïd m’ont plu. (tiens, encore une idée qui est tombée du ciel en commun avec les amis dont je parlais plus haut. C’est une autre histoire)