Compte rendu du World Forum 1/3

Du 15 au 17 Novembre a eu lieu le World Forum de Lille sur l’économie responsable. J’ai pour ma part pu assister uniquement à l’après midi du 15 novembre, néanmoins ce fut une journée très instructive, intéressante et qui mène vraiment à la réflexion.

Je commence donc ici une série de 3 articles dont un (le dernier) en anglais à propos de ce que j’ai vécu durant cette journée. Cet article-ci se veut global, et me permet aussi de tirer les enseignement de ma rencontre avec M.Téné qui est membre du think tank World Forum Institute. Le second article reviendra plus avant sur la conférence que donnait le CEO de Toyota Europe sur la place des transports dans la troisième révolution industrielle. Le dernier article, qui sera en anglais, et qui clôturera cette série reviendra sur le dialogue à propos des énergies renouvelables.

Rencontre avec M.Téné : la RSE en Afrique

J’ai donc pu, mercredi midi, déjeuner avec M.Thiery TENE, fondateur de l’Institut Afrique RSE. En tant qu’expert en RSE en Afrique, il était le mieux placer pour me parler de l’intégration au niveau mondial des inquiétudes qui, somme toute, sont nées dans le monde occidental quand il s’est rendu compte qu’il avait, par trop, gaspillé les ressources qui lui était disponibles.

Notre discussion a donc rapidement tourné autour des différences culturelles qu’il y avait entre la France et les pays Africains dès qu’on parle de RSE.
En effet, la France est un pays très formaliste, procédurier… et la RSE cela implique des rapports complet, détaillés, contraignants sur le comportement des entreprises.

A  l’opposé, les Africains vivent plutôt de l’économie informelle, et cela a pour impact que ce genre de rapport n’a aucun sens là bas. Sans compter que l’idée y est ancrée que Responsabilité Sociale des Entreprises signifie philanthropie. C’est à dire que leur premier réflex quand les entreprises africaines parlent de RSE c’est de montrer les dons qu’elles ont faites aux diverses fondations et associations.

La troisième révolution industrielle

C’était l’atelier principal de ce world forum : la troisième révolution industrielle. Au vue du nombre de fois où il a été cité, il semblerait que ce soit l’économiste américain Jeremy RIFKIN (qui a dédicacé son livre durant l’après midi d’ailleurs) qui soit sinon à l’origine du moins responsable de la forte utilisation de cette expression.

Everything in universe is energy or mean

Cette citation “tout dans l’univers n’est qu’énergie ou information” est le leitmotiv de ce world forum, qui motive l’appellation de “révolution industrielle”.

En effet, historiquement, les deux premières révolutions industrielles sont la découverte -pour faire face à la croissance démographique- de nouvelles énergies. Aujourd’hui, à l’époque des smart grid, des générations hyper-connectées, de l’électronique embarquée, de l’optimisation de toute action de l’Homme par la machine, dire que nous avons intégré la place de l’information dans notre vie est un euphémisme. Néanmoins, sauf avec les naissant smart grid nous n’avons pas encore réussi à mettre en place un réseau d’information qui agisse sur nos problèmes énergétiques. La conférence sur les transports, comme la pub pour G+ où l’on voit deux personnes chercher des “pluggers” prouve bien que l’optimisation du rapport consommation/production n’est qu’une petite partie de cette troisième révolution industrielle à venir.

Autre point important qui est revenu à peu près tout le temps dans les différentes conférences, c’est l’importance des utilisations alternatives de toutes les ressources disponibles. Que ça soit Roquette qui envoie son CO2 dans des serres hydroponiques, ou bien des particuliers japonais qui utilisent la batterie de leur voiture hybride pour faire fonctionner l’électricité minimale de leur maison.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *