Philae sur sa Comète

Les choses s’enchaînent bien, vous ne trouvez pas?

Le 30/10, e-penser publie sa première vidéo sur 10 choses à savoir sur l’univers

Dimanche 9/11, j’allais voir Interstellar. Un beau film de science fiction, un peu un 3001-l’Odyssée de l’espace avec supplément Relativité Générale. Une scène me marque dans ce film : l’héroïne, se fait enguirlander par sa prof parce qu’elle raconte l’histoire d’Apollo 11 et de l’alunissage donc. Seul problème, dans le scénario, les gens n’ont plus beaucoup de ressources, alors on fait dire que l’exploration spatiale, c’est du gaspillage d’argent.

Mardi 11/11, Grâce à l’association Laïka, et sous invitation de Vladimir Pletser, j’ai été visiter l’ESTEC, plus grand laboratoire de recherche spacial de l’Agence Spaciale Européenne (ESA). On nous explique combien les conditions dans l’espace sont extrêmes et nécessite le développement de technologies impensables avant. Bien sûr, un petit teasing est fait sur ce qu’il va se passer le 12/11.

Parce que le Mercredi 12/11, pour la première fois dans l’histoire de l’Humanité, nous avons posé une sonde sur une comète. La sonde s’appelle Philae. Elle a été lâchée sur la comète “Choury”, depuis le vaisseau Roseta durant la mission éponyme. Cette sonde a pour but d’étudier la formation de notre système solaire. En effet, la théorie la plus acceptée actuellement dit que les comètes se sont formées en même temps que notre système solaire à la suite de l’explosion d’une supernova. Comme il fait assez froid dans l’espace, les matières qui composent les comètes (qui n’ont pas de magnétosphère, d’atmosphère…) devraient être inchangée par rapport au moment de leur accrétion.

Assez rapidement, sur twitter, les hashtag #CometLanding et #PoseToiPhilae deviennent très populaires, dépassant même kim kardashian qui avait choisi ce jour là pour faire un buz à coup de photo d’elle dénudée. Elle s’est manquée car 60% des gens ont mal perçu son geste alors qu’il y en a eu autant à être enthousiaste par rapport à Philae.

Mais parmi les 40% de râleurs, toute nation confondus, la plupart affichait cet argument :

1.53 Milliard d’€ dépensé dans un robot qui fait des trous dans une comète à des millions de km d’ici pendant que des millions d’êtres humains meurent de faim ou de pauvreté.

Tout de suite, réaction des “pro philae” : La science en soit fait que c’est pas du gaspillage. Suivi d’arguments style “n’oubliez pas que l’exploration spatial ça a créé les GPS, les matériaux ultra performants, les panneaux solaires…”.

Un vrai dialogue de sourd, en somme.

Et c’est pas du tout inattendu. Si je devais qualifier l’exploration spatiale, je dirais que c’est une science “projective“. Le cas de Roseta/Philae est un très bel exemple.

Les scientifiques veulent savoir comment s’est formé l’univers. Ils conçoivent une mission en se disant “dans dix ans, on doit pouvoir l’envoyer”. Dix ans plus tard, ils envoient la sonde en se disant “dans dix ans, on aura des données pour répondre à nos questions”. Et ça a marché.

Cela signifie surtout que si retombée dans le monde quotidien il y a eu, ça fait 10 ans voire plus qu’elles ont eu lieu. C’est comme pour les GPS. Les américains ont lancé ça pour appuyer leur armée. Aujourd’hui le GPS militaire est bien plus performant que le GPS civile et il continue de s’améliorer. Et pourtant les retombées sont déjà là.

Vouloir trouver un progrès quotidien immédiat et visible à grande échelle pour une mission qui a un but scientifique de découverte, c’est à dire qu’on ne sait pas encore ce qu’il va se passer et les portes que cela nous ouvrira, c’est juste ridicule. Les “pro” n’ont donc pour eux plus que l’argument “la science en elle même vaut la peine”.

A l’opposé, les gens qui parlent de la faim, de la pauvreté doivent comprendre que l’argent qui a été dépensé ne l’a pas été dans le vide et surtout, on n’a pas dépensé 1.53G€ le 11/11/14, cet argent a été dépensé pendant 20 ans ! Soit 760 M€ par ans pour un ensemble de 27 pays. Cela signifie que chaque pays a dépensé en moyenne 25M€, pendant que vous vous excitez sur Facebook qui a payé en une journée $22G pour acheter un annuaire de client à Whatsapp. Le fait que nous sommes en pleine phase exploratoire signifie que certes, il y a un risque d’échec, mais que les possibilités de retombées sont infinies et inconnues. Et la pauvreté, qui est un mal lancinant et malheureusement récurrent ne peut pas se résoudre avec un don massif d’argent. La métaphore du pécheur nous apprend une chose : certes il faut pallier à l’urgence (donner à manger à la personne qui a faim), mais il faut aussi préparer l’après urgence (dans la métaphore, apprendre à pécher). L’ONU, avec des moyens honorables mais sans cesse insuffisant, arrivent à jouer sur les deux fronts au niveaux des objectifs du millénaire pour le développement. Rappel, ils ont atteint leur objectifs sur l’un d’entre eux : la mortalité infantile a été réduite de moitié dans le monde entre 1990 et 2015.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *