Réflexions à propos de l’e-learning

Ces derniers temps, je m’intéresse pas mal à cette “mode” que sont les MOOC. J’en ai suivi sur FUN, la Microsoft Virtual Academy, Openclassrooms, et j’ai vraiment du mal à voir la différence avec la formation que j’avais eu en e-learning de la part de terra-nova, dans le cadre du Label Humanité.

Comme pas mal de monde sur internet, j’ai été très motivés par les promesses faites par les hébergeurs de mooc. On nous promet de l’interaction, de l’adaptation à notre rythme… Oui mais voilà, ça le fait pas vraiment.

J’ai pourtant essayé, en terme d’interactivité, j’ai participé dans les forum du mooc La ville durable de FUN, j’ai fait plus que mon lot de corrections dans le cadre du mooc php de opencassrooms (25 au lieu de 3 pour les autres membres ^^), j’ai même publié deux vidéos pour permettre aux gens “d’aller plus loin”…


Bref, j’ai participé aux “MOOCs” et finalement je reste perplexe :

– En terme “d’intéraction”, on n’a que l’application de la méthode 42 “des débutants qui donnent leur avis sur le travail d’autres débutants”. Jusqu’au moment où lesdits débutants n’arrivant pas à s’adapter mettent des notes improbables pour se débarasser rapidement de ce travail là.

– En terme de supports : on a des vidéos avec les slides en fond. Même les screencast ne sont pas énormément utilisés. Et de toute façon, comme seul Ivan Enderlin utilise des outils style awecode, on se retrouve vite avec des vidéos sans aucune valeur ajoutée, avec un contenu moins détaillé que les textes dont le web regorge, et surtout des choses totalement impossibles à utiliser quand on fait de l’info.

– Les évaluations sont une gageure à mettre en place, résultat, un mooc c’est comme un cours mais avec des milliers de personnes. le “open” ne sert qu’à ça finalement. La personnalisation de l’enseignement n’existe pas, l’interaction avec celui qui apporte/partage la connaissance est nulle, et une fois la période d’inscription finie, le cours est… fermé.

– Finalement on se retrouve avec un public d’autodidactes qui veulent aller plus loin auquel vient se greffer un public de débutant qui vient participer à la révolution, (et si possible dépenser son argent) en refusant toute ouverture d’esprit et surtout ils sont là avec la même philosophie que des lycéens : des assis, passifs, attentistes, peu volontaires, peu respectueux des autres…

Lorsque j’avais écrit mon article sur l’auto apprentissage, j’y allais avec une méthode “e-learning”, qui fait qu’on travaille chez soi en plus et donc qu’on avance vraiment à son rythme mais de manière totalement solitaire. Les moocs sont lancés mais j’ai juste vu des retours en arrière sur la méthodologie même du support en ligne. De toute façon actuellement aucune plateforme n’est capable de faire tourner tous les outils du web : vidéo, accessibilité, rich media, évaluation dynamique, évaluation automatique du code…

10 thoughts on “Réflexions à propos de l’e-learning

  1. Je comprends ton point de vue François et je crois que je pourrais le partager si j’avais vraiment suivi des MOOCs complets ! (je n’ai fait que télécharger les vidéos d’un MOOC sur Coursera qui m’a beaucoup aidé comme complément d’un “vrai” cours où il me manquait des prérequis).

    • La physique quantique je suppose?
      En fait j’ai fait énormément de cours sur la MVA, j’ai presque fini le cours FUN, mais à la fin c’était vraiment trop long à une période de l’année un peu trop chargée, et puis j’ai fait le mooc php sur OC, et suis en train de faire le mooc java.
      Sans être un mania des moocs, c’est pas une franche réussite de mon point de vue.

      • J’aurais plutôt dit les transistors MOS, avec une intro sur la méca quantique en effet 😉

        Mais attends François, ne fais pas de Mooc PHP ou JAVA ! C’est des MOOCs network ou non orientés infos (comme l’élec) qu’il te faut ! Car je pense qu’avec le niveau ue tu as dans ces 2 technos, c’est lire les docs de A à Z qui te fera progresser, pour connaitre les moindres détails 😉

        • Je ne le fais pas forcément dans le but de “progresser” mais de voir à quoi ça ressemble, surtout que ça se démocratise de plus en plus. N’oublie pas que je fais le Label Humanité, donc que je dois pouvoir prendre en compte toutes les problématiques liées aux êtres humains qui travaillent avec moi ou pour moi. Une des problématique est l’employabilité, une autre la formation à l’utilisation des outils de l’entreprise. Les MOOCs sont en passe de devenir la “normalité” pour ce genre de chose, il faut donc que je puisse avoir un point de vu assez exhaustif dessus. Ainsi il faut que je sois aussi bien un “apprenant” pur et dur qui n’a pas encore les connaissances qu’enseigne le mooc, comme j’ai pu participer à des moocs type MVA où je n’avais pas les connaissances au départ. L’idéal serait aussi qu’à terme je crée carrément un MOOC.
          Dans l’idée avec mon tutoriel “Gérer les dates avec php“, j’ai déjà fait un pas vers ça.

          • Mon avis concernant la formation (qui est un domaine qui me passionne de plus en plus…), je suis carrément ton avis : c’est très intéressant d’expérimenter (sur soi même par exemple) avant de mettre ces outils en pratique.

            Justement, expérimente et mets toi en situation d’apprentissage sur un sujet que tu ne connais pas. Je pense que le ressenti serait un peu différent !

  2. Je comprends ton point de vue François et je crois que je pourrais le partager si j’avais vraiment suivi des MOOCs complets ! (je n’ai fait que télécharger les+vidéos d’un MOOC sur Coursera qui m’a beaucoup aidé comme complément d’un “vrai” cours où il me manquait des prérequis).

    Pourtant, concernant ton pessimise sur les plateforme, je te réponds : réjouis toi ! Quand est-ce que tu commence à créer LA plateforme qui correspondra à tous les besoins ?

  3. C’est vrai que je m’attendais à mieux également de la part de OC. OC reste un simple espace d’e-learning et non un EAP. Les vidéos n’ont pas de valeurs ajoutées et les discussions sur les forums non plus.

    J’ai pu suivre le MOOC effectuation sur la plateforme unow est c’était beaucoup plus interactif (forum, videos, lives, présentations de projets des apprenants…), mais ça demande davantage de moyens…

    En tout cas l’apprentissage en ligne est encore nouveau, il y a encore beaucoup de choses à améliorer.

    • Salut et merci pour ton commentaire.
      Non, l’apprentissage en ligne n’est pas “nouveau”. Des sites d’e-learning, il y en a depuis très longtemps et ils ont explosé en vendant leurs cours aux entreprises.
      Ce qui change, principalement c’est :
      – la présence massive des université
      – des tentatives plus ou moins réussies d’intégration des contenu richmedia, en ce sens OC n’a pas totalement raté son truc puisqu’il est possible de mélanger vidéo et texte et qu’ils ont des débuts d’exercices interactifs, si mes souvenirs sont bons. C’est pas immense mais ça a le mérite d’être là.
      – l’ouverture 100% du temps alors que le buisness model de l’e-learning demande de payer pour accéder à des cours qui sont fermés assez rapidement.

      Le problème de OC est la cible très débutante et la limite à 5 semaines dans le seul but de ne pas pénaliser les statistiques (qui tendent un montrer que si on dépase 5 semaines de long, les gens ne finissent pas le mooc). Du coup il n’y a pas de projets sur le long terme.
      Mon expérience sur FUN (cours sur le développement durable, que je n’ai pas pu faire en entier, la dernière semaine tombant sur un moment un peu trop chargé) montre aussi des forums bien plus actifs et intéressants. Mais ici c’était dû à une décision technique bien plus adpatée : les forums sont intégrés au cours, i.e qu’il n’y a pas de mélange entre le cours “java pour les débutants” et “Développement durable”. Du coup on avait la possibilité de lancer quatre ou cinq sujets en parallèles.

      Pour le reste ça ne me convainc pas pour autant. L’apprentissage demande du temps et le MOOC n’apporte qu’une seule chose : la quantité de contenu pour 0€.
      On a les mêmes problèmes que l’école sinon :
      – rythme adapté à à peine 5% des personnes (soit trop court, soit trop long)
      – pas de personnalisation de l’apprentissage (c’est à peine si la MVA fait un “plan de formation personnalisé” mais c’est pas THE feature tellement c’est basique dans son implémenttion)
      – une approche fortement top/down et même quand on a des cMooc finallement on a le camp de ceux qui savent et qui transmettent et de ceux qui savent pas et qui attendent qu’on leur donne.

  4. oui en fait je parlais des MOOCs quand je disais que c’était assez nouveau.
    Les plateformes se sont multipliées récemment en France, le concept n’est pas encore mûr et évoluera beaucoup certainement.

    Assez d’accord avec toi. Ce qui change d’un e-learning classic c’est aussi la dimension sociale qui fait parti des facteurs d’apprentissage importants. C’est la qualité de la communauté qui va aussi contribuer à motiver, aider, challenger, pousser à la curiosité et élever le niveau. Un professeur seul ne pouvant pas faire tout ce travail.

    Il est intéressant de voir comment ça va évoluer. Je vois sur MVA des éléments de “gamification” qu’il serait intéressant d’exploiter…

    Pour tout te dire, étant au Cambodge, je souhaite créer une plateforme d’apprentissage. A ce sujet tu as peut-être connaissance de solution existantes? Je suis en train de tester Opigno qui est assez sympa. Moodle et Claroline sont dans ma liste également.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *