Le spectacle du pansement

Il y a peu, un californien se disant “scientifique en chef” (chief scientist en anglais) a décidé d’utiliser un processus naturel, la fertilisation par le fer, pour “panser” l’écosystème marin d’une île de Colombie britanique (Canada).
Dans le même ordre d’idée, on trouvait déjà  le petit cartoon que passait Al Gore dans The Inconvenient Truth qui présentait un type dans un hélico qui balançait un glaçon dans la mer pour ralentir le réchauffement climatique.

Un pansement métallique à  la source d’une polémique

L’idée la plus simple quand on parle de développement durable uniquement en terme de CO2 (et autre gaz à effet de serre), de Tep etc. est celle qu’on va réparer les bêtises des générations précédente en posant un pansement à  la planète. Ainsi certains se demandent toujours pourquoi on ne va pas chercher le CO2 dans l’atmosphère. Outre que ce n’est pas rentable financièrement, c’est aussi foncièrement inutile puisque cela ne ferait que déplacer le problème vers une autre pollution.

Ce “scientifique en chef” auto-proclamé va donc chercher un processus naturel en épluchant toutes les études de géoingénieurie qui existent et trouve la fertilisation par le fer.
Armé d’un pansement qui ferait jaunir la marque réservée aux héros, il balance 2.5 millions $ en fer dans la mer pour soit disant améliorer la quantité de plancton de la région.

Rapidement ce processus est dû au fait que le phytoplancton utilise la photosynthèse et a besoin de fer (en tant que nutriment) pour se développer. Le phytoplancton a deux intérêts ici : il nourrit les poissons qui font vivre les pécheurs locaux et en plus il capture du CO2 et l’emmène au fond de l’océan une fois qu’il est mort.

Néanmoins l’augmentation de 10 ppm de fer (et de sulfate pour le coup puisque le fer étant insoluble, il a fallu le balancé sous forme de SO4Fe2) a un nombre de conséquence possible tellement important que rien n’est prévisible et que du coup les scientifiques marins de la zone sont en train de surveiller de très près tout ça sans savoir quelles seront les conséquences à  court, moyen ni même long terme sur chacune des espèces de la région.

Un spectacle qui remet en cause la géoingénieurie

Soyons clairs, l’intérêt de faire ça, c’est qu’on en parle, c’est un spectacle.
Il pourra donc toujours dire qu’il défend la planète de manière concrète, pas avec des beaux discours. Ce genre d’action nous plonge dans une telle incertitude que pendant un long moment il n’aura pas de preuve qu’il a eu tort et donc ce geste ne lui fera pas de publicité néfaste, bien au contraire.

Dans le même genre de spectacle, il y a des géoingénieurs qui voulait répendre du SO2 dans l’atmosphère pour résoudre certains problème de pollution. (rappelons que le SO2 est nocif à l’homme).

L’ensemble des actions brève qu’entreprend l’Homme pour avoir un large effet sur le globe est appelé “géoingénieurie”. Que ce domaine existe n’est pas mauvais en soit et que des idées loufoques comme le coup du SO2 en sortent est normal. En effet ce genre de domaine est occupé par des gens qui ne font qu’avoir des idées et ne les trient qu’ensuite (après étude de faisabilité, étude des conséquences etc.) mais quand un homme passe à  l’action derrière le dos des autres scientifiques qui passent leur temps à  protéger du mieux qui le peuvent les écosystèmes, c’est de la bêtise à  l’état pur et ça, cela me révolte.
De plus, comment peut-on se prétendre ingénieur lorsqu’on n’étudie pas les conséquences de nos gestes et qu’on ne prend pas garde de consulter ses pairs pour une action qui coûte 2.5 millions !
Je n’ai pas de mot assez dur pour qualifier ce mec.